CINÉMA DU MONDE ARABE

Vendredi 12 mai – 17h50
A peine j’ouvre les yeux de Leyla Bouzid

À Tunis, quelques mois avant la révolution, Farah, une fille de 18 ans de la jeunesse tunisienne branchée, croque la vie à pleines dents, boit de l’alcool et fait la fête avec ses amis. Elle chante dans un groupe de musique arabo-rock qui ne renonce pas à diffuser des messages politiques dans ses morceaux et où Bohrène, son amoureux, joue du oud. Hayet, la mère de Farah, qui a ellemême
enterré sa jeunesse contestataire, n’adhère pas à ses écarts de conduite, s’inquiète pour elle et préfèrerait voir sa fille, très bonne élève de lycée, embrasser une carrière de médecin. La musique du groupe enthousiasme et fait danser les plus jeunes dans les bars, mais déplaît aux hommes les plus conservateurs et aux services de surveillance des citoyens.

Prix du Public à la Mostra de Venise 2015.

Avant-première

Samedi 13 mai – 17h50
Zaineb n’aime pas la neige de Kaouther Ben Hania

2009. Zaineb a neuf ans et vit avec sa mère et son petit frère à Tunis. Son père est décédé dans un accident de voiture. Sa mère s’apprête à refaire sa vie avec un homme qui vit au Canada. On a dit à Zaineb que là-bas elle pourra enfin voir la neige ! Mais elle ne veut rien savoir, le Canada ne lui inspire pas confiance et puis Zaineb n’aime pas la neige. Couvrant six ans de la vie de la petite Zaineb et de sa vie de famille en complète mutation, «Zaineb n’aime pas la neige» est l’histoire d’une initiation à la vie, au monde des adultes, racontée à travers les yeux d’une enfant qui grandit physiquement et mûrit émotionnellement…

Prix Ulysse du documentaire Cinémed 2016.