Le Grand Bal Chaâbi

Aywa + Abdelkader Chaou

Dimanche 23 septembre

17h

Domaine d’O

Amphi d’O 

Montpellier

Tout public

Durée environ 2h

12€ | 10€ | 8€

Distribution :

Aywa : Chant et guitare Adil Smaali | Flûte traversière Damien Fadat | Saxophone Laurent Eulry | Chant et guitare électrique Théophile Vialy | Basse électrique et tablas Guilhem Chapeau | Batterie Damien Hilaire

CHANGEMENT DE PROGRAMMATION
Abdelkader Chaou remplace Kamel Aziz pour
« Le Grand Bal Chaâbi » dimanche 23 septembre 2018
à 17h au Domaine d’O (Amphi d’O)

Aywa : En fusionnant les musiques du Maghreb et du monde avec les musiques actuelles et amplifiées, AYWA crée un univers musical énergique et rebelle.

Abdelkader Chaou :
Tout petit, Abdelkader Chaou aimait à se griser de ces
bouffées de musiques qui s’échappaient des cafés maures de
la casbah d’Alger où il a vu le jour un 10 novembre 1941. En
1967, il grave son premier 45 tours, avec la collaboration
fructueuse du compositeur Mahboub Bati. Cette complicité
artistique se poursuivra et se concrétisera par un succès
monumental avec Djah Rebbi, lequel ouvrira en grand à Chaou
toutes les portes de la reconnaissance. Son chaâbi remodelé,
vif et attrayant lui vaudront des engagements incessants. On
lui a souvent reproché ses tendances pour les airs « légers »
mais on oublie que cet artiste élégant, virtuose du mandole,
reste, au fond, plus proche qu’on ne le croit des sources qui ont abreuvé le chaâbi. Chansons tristes ou gaies, ambiance de fête, emprunt à la tradition ibérique à travers Chehlat Layani, interprétées
autrefois par Luis Mariano et quelques grands d’Espagne, Chaou, avec un art, dont lui seul a le secret, nous parle directement au coeur sans négliger les hanches.

————————————————————————————-

Avant, pendant et après les concerts : le Karaoké d’Arabesques, animée par Naïma Yahi, spécialiste de l’histoire culturelle du Maghreb, où petits et grands pourront chanter les standards de la chanson algérienne, dont beaucoup furent créer en exil. De Slimane Azem, à Warda en passant par le chaabi ou le rock endiablé d’un Baaziz, vous (re)découvrirez les petits et grandes histoires qui accompagnent ces succès éternels.