Jawhar + Al Qasar

Samedi 12 Septembre

21H00

Amphi D'O - Domaine D'o - Montpellier

18/14/10€

* Tarif réduit: groupe à partir de 8 personnes, professionnels et CE partenaires
** Tarif préférentiel : - de 18 ans, étudiants, chômeurs, bénéficiaires du RSA ou CDAPH
Tarif enfants - 12 ans: 5€
Gratuité pour les moins de 2 ans (billet obligatoire)
Justificatifs à présenter à l'entrée des spectales.
Pass Festival Arabesques: pour trois spectacles différents achetés par personne et sur une même commande, bénéficiez du tarif préférentiel! (jusqu'au 16/08)

Pensez à acheter vos places ensemble si vous voulez être assis à côté. La distanciation sociale s'appliquera entre les groupes.

Jawhar

 Installé en Belgique mais tunisien de naissance et de coeur, Jawhar tisse une musique pop-folk intimiste et planante autant inspirée du chââbi que de la pop sombre de Timber Timbre ou de la folk mélancolique de Nick Drake.

Son dernier album « Winrah Marah » séduit par des pop-songs sentimentales, de la folk teintée de soul enrobée, de rock raffiné enrobé par la voix douce et délicate de l’artiste.

Jawhar affine encore son écriture, influencé par « un printemps arabe qui se fane et autres événements heureux contemporains ». Il chante l’amour, la perte et les désillusions du Printemps arabe dans sa langue maternelle composant un univers poétique et mélancolique. 

Amoureux des mots et de leur musicalité, il évoque l’évolution de la société tunisienne et autant de personnages inventés qui évoluent aux rythmes hypnotiques de cette folk-pop émouvante et subtile.

Jawhar Basti (chant/guitare); Eric Bribosia (claviers); Yannick Dupont (basse); Louis Evrard (batterie, guitare)

Avec le soutien de la Fondation Drosos

Al Qasar

D’un côté, le producteur de rock psychédélique franco-américain Thomas Attar Bellier. De l’autre, Jaouad El Garouge, chanteur et musicien de l’ancestrale tradition Gnawa originaire d’Essaouira (Maroc). Ensemble, ils unissent garage rock psyché et musiques traditionnelles du monde arabe : guitares fuzz et orgues électriques rencontrent le oud et le mizmar égyptien, les batteries Ludwig accompagnent darbouka, daf et karkabou. Les paroles en arabe classique, nettement engagées, évoquent l’oppression, le chaos social, les rêves avortés de réfugiés pour ensuite mieux célébrer les passions, la spiritualité, l’hédonisme.

Thomas Attar Bellier (Electric Baglama, Electric Guitar, Backing Vocals); Jaouad El Garouge (Lead Vocals, Bongos, Percussion); Guillaume Théoden (Bass); Paul Void (Drums, Percussion, SPD-S); Robin Vieville (Tour Manager & Sound Tech)

Avec le soutien de la Fondation DROSOS