Exposition

Paris-Londres

Music Migrations

Focus sur les musiques et les artistes du Maghreb

 

 

 

95

Exposition itinérante spécialement conçue pour la Médina d’Arabesques qui revient sur les liens entre migrations, musiques, luttes anti-racistes et mobilisations politiques.

À l’occasion de la présentation de l’exposition itinérante Paris Londres, music migrations (1962-1989), le Musée national de l’histoire de l’immigration organise une table ronde sur les scènes musicales des deux capitales et la manière
dont elles ont été enrichies et transformées par les migrations post-coloniales. Comment les musiques des populations immigrées sont sorties des marges des sociétés urbaines au tournant des années 70 pour devenir les ressources culturelles
et artistiques des grands évènements de ces métropoles ? Pourquoi la musique constitue alors un vecteur privilégié des mobilisations contre le racisme, la violence policière et pour les droits des immigrés ? Si des liens ténus se forgent entre engagement politique et courants musicaux, les populations immigrées ont contribué à la fabrication de deux « villes-monde » qui se distinguent pourtant dans leur dynamique de transformation urbaine.

DIMANCHE 15 SEPTEMBRE 16H30 / CHAPITEAU D’O

Animation de Marie Poinsot, rédactrice en cheffe de la revue Hommes et Migrations avec les
interventions suivantes :
« S’approprier la ville. Musique et migrations à Paris et à Londres, 1962-1989 » par Angeline
Escafré-Dublet, maître de conférences à l’université de Lumière-Lyon 2, et commissaire
scientifique de l’exposition temporaire Paris-Londres.
« Les cafés de quartiers et les cabarets orientaux, cartographie et sociabilité des musiques
arabes à Paris dans les décennies 60-80 », par Naïma Huber-Yahi, chercheure associée, Urmis,
université de Nice-Sophia Antipolis et directrice de Pangée Network.
« Paris vue par un maçon kabyle » par Omar Benlaala, écrivain, lauréat du prix littéraire de la
Porte Dorée, 2019, pour son roman Tu n’habiteras jamais Paris, Ed. Flammarion, 2018.

Pendant le Festival

En partenariat avec Le Musée National de l’Histoire de l’Immigration